Actualités

Nouveaux locaux

Suite au terrible incendie qui a ravagé nos locaux au port des minimes, en février dernier, nous sommes heureux de vous annoncer que nous avons emménagé dans nos nouveaux locaux, Parc Creatio TECH 40 rue Chef de Baie 17000 La Rochelle. Pour nous contacter : +33 (0)5 46 41 31 99 ou contact@wattandsea.com

 

L'envol de Christophe Mora avec un Hydrogénérateur Watt&Sea

  • Pour mener à bien son projet "Into the Wind", Christophe Mora a installé un hydrogénérateur Cruising 500W sur "l'envol", son Django 7,70. Il a accepté de répondre à nos questions et de nous donner ses impressions sur notre produit, après sa traversée de l'atlantique vers le Brésil :
  • Watt&Sea : Peux-tu nous parler aujourd’hui de l’hydrogénérateur Watt&Sea et nous dire pourquoi as-tu choisi en particulier cette source d'énergie ?
  • Christophe Mora : L’hydrogénérateur Watt&Sea est la solution énergétique qui s’impose naturellement car aucun autre équipement ne propose un tel rendement ; de plus sa fiabilité est excellente, son poids faible (8,2Kg), son encombrement réduit (en version courte), sa mise en œuvre assez aisée (mais perfectible) et la trainée très faible… Dans mon cas (un tour du monde sur 4 ans avec un maximum de mouillages) l’hydrogénérateur Watt&Sea est une évidence et son coût sera vite amorti.
  • Watt&Sea : L’hydrogénérateur a été ta source d’énergie principale ou unique ?
  • Christophe Mora : Je ne voulais pas d’éolienne à cause du bruit, du fardage et du rapport coût/rendement que je trouve défavorable ; en effet au portant, l’allure majoritaire, elle ne fonctionne pas et au mouillage, le vent n’est pas toujours présent puisque l’on cherche à s’en protéger. Par ailleurs, je n’ai pas de moteur inboard mais un hors-bord de 9,8CV. Je ne dispose donc pas d’alternateur pour recharger mes batteries.
  • Concrètement, je dispose de deux sources d’énergie : la principale en navigation c’est bien sur l’hydrogénérateur Watt&Sea que j’utilise de préférence sur un bord long, quand le vent fraichit, par cycle de 4 à 8 heures, si j’ai déjà ponctionné de 30 à 50A sur les batteries ; la seconde c’est deux bâches solaires pliables (2x60W) que je déploie par vent faible ainsi qu’au mouillage. Dans de bonnes conditions d’ensoleillement, elles sursoient largement à la consommation courante en fournissant 7Ah au mieux. Il reste un trou de production en navigation sans soleil par vent faible ainsi que dans les mouillages couverts… Mais avec presque 200A de batteries au gel Tech Power je peux voir venir surtout au mouillage où je peux ajuster facilement mon utilisation du PC en fonction du soleil disponible.
  • Watt&Sea : Est-ce que l’hydrogénérateur est un frein dans l’eau et est-il bruyant ? Après une telle expédition, quelles sont tes observations ? Y a t’il selon toi des améliorations à apporter au produit ?
  • Christophe Mora : J’ai opté pour un montage avec deux supports amovibles dont les parties femelles sont fixées à demeure au tableau arrière, une à tribord et l’autre à bâbord ; la partie mâle, sur laquelle est fixé l’hydrogénérateur, est à emboiter sous le vent de l’amure ; ces supports sont décalés de 30cm environ par rapport aux safrans, quand le pilote fait de grosses rectifications de cap l’hydrogénérateur est dans sa trainée. De plus mon Django est une version biquille qui génère peut être quelques turbulences supplémentaires…
  • Concernant la production d'énergie, à partir de 4 nœuds l'hydrogénérateur couvre la consommation totale du bateau ; à partir de 5 nœuds il charge les batteries ; à 6 nœuds il couvre largement la consommation du dessalinisateur Katadyn PS40E (5Ah de plus soit 10Ah au total). Au-delà la production est exponentielle : au surf à 8 nœuds il rentre 20 Ah en pointe !
  • Sinon, il produit un son discret qui me permet de contrôler à l’oreille son bon fonctionnement.
  • Le principal défaut de l’hydrogénérateur Watt&Sea c’est de ne pas fonctionner au mouillage !! Sauf s’il y a beaucoup de courant ce qui peut arriver !
  • Watt&Sea : Si tu devais dire une phrase pour résumer le produit, quelle serait elle ?
  • Christophe Mora : En déchargeant le skipper des problèmes énergétiques, l’hydrogénérateur Watt&Sea permet d’apprécier pleinement le voyage et de reporter ce gain d’attention et d’énergie sur l’aspect sécuritaire de la navigation. Par exemple, on hésite moins à laisser la radio allumée (0,4Ah) pour bénéficier de l’AIS et connaitre la route des cargos aux environs…
  • Watt&Sea : Merci Christophe pour ce témoignage. Vous pouvez suivre son aventure sur son blog : http://www.intothewind.fr/

 

Dolphin appreciate green energy

Watt&Sea en course

Souvenez vous, 95% des bateaux du Vendée Globe 2012-2013, étaient équipés d’hydrogénérateurs Watt&Sea. Ceci était une avancée significative en matière de production d’énergie non-polluante à bord de voiliers de courses en recherche d’autonomie d’énergie.

Cette tendance se confirme sur la Transat Jacques Vabre 2013 puisque le taux d’équipement en hydrogénérateurs Watt&Sea est de 56% : 90% en 60’ IMOCA et 56% en Class 40 avec en tête de cette série la plus populaire, Yannick Bestaven sur son bateau, baptisé «Watt&Sea , région Poitou-Charentes» !

Le co-fondateur de Watt&Sea vient y remettre en jeu son titre de vainqueur en 2011. Cette fois, il portera haut les couleurs de son entreprise Watt&Sea et arborera fièrement sur le tableau arrière de son Class 40,  un hydrogénérateur Racing “collector”, de couleur dorée.

Pour Yannick Bestaven et l’ensemble de l’équipe de Watt&Sea cette course transatlantique sera bel et bien sous le signe de la navigation en “Energie Positive” !

Bon vent  à Yannick Bestaven et à son co-équipier Aurélien Ducroz !

Plus d'informations ici

MINI TRANSAT 6.50 : Watt&Sea en course

La Mini Transat en 6.50 s’élancera Dimanche 13 octobre de Douarnenez. Après une escale à Lanzarote, cette course Transatlantique en solitaire à bord de voiliers de 6.50 m arrivera à Pointe-à-Pitre courant novembre. Watt&Sea et son distributeur Navicom sont dans la course, à bord du Pogo Respectocean.com skippé par Raphaela Le Gouvello.

Rappelez-vous de Raphaëla, la navigatrice ayant traversée les océans Atlantique, Indien et Pacifique en planche à voile ! Après ces trois exploits, Raphaëla Le Gouvello s’est lancée le nouveau challenge de participer à la Mini-Transat. A première vue, le pari pouvait sembler tout à la mesure de l’ancienne véliplanchiste habituée des aventures extrêmes. C’est oublier, qu’il y a encore deux ans, Raphaëla était encore totalement novice et que le maniement d’un voilier de course ne s’apprend pas comme ça du jour au lendemain. Mais patiemment, elle a franchi les marches qui lui permettent d’être aujourd’hui au départ de la course. Ce qui l’a attiré, c’est le parfum d’authenticité de la Mini Transat, les sensations finalement très proches de ce qu’elle a pu connaître en planche, l’esprit de solidarité entre Ministes.

Raphaëla, part sous la bannière de Respectocean.com, un regroupement de partenaires convaincus du nécessaire investissement dans le développement durable.

Watt&Sea et son distributeur Navicom partagent les mêmes valeurs et soutiennent le projet de Raphaëla depuis son origine. Aussi, pour la production d’énergie, Raphaela a tout naturellement choisi de s'équiper d'un l’hydrogénérateur Cruising WATT&SEA.

Nous lui souhaitons bon vent et le plein d'énergie. Arrivée prévue en novembre à Pointe à Pitre.

Pour suivre la course : http://www.minitransat.fr/

B. Stamm : "Nous avons fait des erreurs de conception au niveau des supports d’hydrogénérateurs"

Bernard Stamm Dans un interview publié le 06/04/2013 sur le site internet de Voiles et Voiliers, Bernard Stamm revient notamment sur la préparation de son bateau pour le Vendée Globe. Morceaux choisis :

"Bernard Stamm :......Les 60 pieds IMOCA sont compliqués, ils demandent énormément de temps pour les fiabiliser et les prendre en main. Avec mon équipe, nous nous sommes donné beaucoup de mal pour tenir notre planning mais, faute de temps, nous sommes passés à côté de certaines choses.

v&v.com : Lesquelles ?
B.S. : Nous avons fait des erreurs de conception au niveau des supports d’hydrogénérateurs, de la colonne de winch, des hooks, du pilote – autant de "détails" qui prennent une importance considérable à l’échelle d’un tour du monde. De l’eau s’infiltrait dans le bateau, j’écopais en permanence. J’ai aussi fait une grosse erreur sur le roof, car j’avais zappé un autre paramètre important : la protection du bonhomme seul autour du monde.

v&v.com : Mais ce sont finalement les problèmes d’hydrogénérateurs qui ont été les plus pénalisants. Comment se fait-il que tu aies connu autant de galères avec cet équipement qui a bien fonctionné sur les autres bateaux ?

B.S. : Les hydrogénérateurs en eux-mêmes ne posaient pas de problème. Quand ils étaient dans l'eau et tournaient, ils marchaient nickel. Les supports en revanche, inadaptés, s’arrachaient à pleine vitesse. Avant la Transat Jacques Vabre, nous avions justement enlevé les hydrogénérateurs car ils étaient mal positionnés – à l’extérieur des safrans. Ils se seraient arrachés de la même manière au bout de deux jours. On devait les mettre différemment pour la Transat B to B mais tu connais la suite… Puis, faute de recul, nous nous sommes trompés.

Voir l'article en totalité : http://www.voilesetvoiliers.com/course-regate/l-apres-vendee-globe-2012-interview-du-skipper-de-cheminees-poujoulat-bernard-stamm-je-ne-suis-pas-degoute-du-vendee-/#xtor=EPR-2-[news-06-04-2013]-20130406-[lien]

30 jours en autonomie d’énergie complète, sur un voilier de 4,75m

Jean-Claude Montésinos a relevé le défi de traverser l’Atlantique sur un petit bateau de croisière de 4,75 m appelé le Souriceau. Il a effectué sa traversée entre le 2 janvier et le 1er février 2013. Jean-Claude était équipé d’un hydrogénérateur Watt&Sea. Il nous livre toutes ses impressions après avoir passé 30 jours en mer !

« Bonjour Jean-Claude. Tout d’abord, un grand bravo pour cette traversée de l’Atlantique à bord du Souriceau. Peux-tu nous parler aujourd’hui de l’hydrogénérateur Watt&Sea et nous dire pourquoi as-tu choisi en particulier ce produit ? »
JCM : « Bonjour à toute l’équipe et un grand merci à ceux qui m’ont permis de mener à bien mon projet jusqu’au bout. Concernant l’hydrogénérateur Watt&Sea, ce choix m’a paru tout simplement évident. Il s’agit non seulement d’un outil fiable mais aussi très facile à utiliser. En fait, je n’aime pas me compliquer la vie. On m’avait aussi présenté l’hydrogénérateur comme un outil très appréciable qui permettait de produire de l’énergie, même à faible vitesse. Le Souriceau mesure très exactement 4,75 m et pèse uniquement 500 kg et navigue à une vitesse moyenne de 4 nœuds. Autant dire de suite que l’hydrogénérateur Watt&Sea s’est montré vraiment très intéressant. Avant le départ, nous avons remplacé l’hélice de l’hydrognérateur par des pales plus longues et plus fines. Cette petite modification a permis à l’hydrogénérateur d’être efficace à 2,8 nœuds. Que du bonheur ! »
Est-ce que l’hydrogénérateur a été pour toi ta source d’énergie principale ou unique ?
JCM : « Je dirais principale et même pratiquement unique. En plus de l’hydrogénérateur, je disposais de deux panneaux solaires de 20 watts branchés sur la batterie de secours. A bord, j’avais une batterie de 2X70 ampères reliée à l’hydrogénérateur. Les premiers jours, j’allais constamment vérifier la charge de mes batteries. Celles-ci étaient toujours pleines, rechargées à bloc. Au fil du temps, je n’allais même plus les contrôler, je savais que l’hydrogénérateur Watt&Sea pouvait m’assurer toujours une excellente autonomie ».

Est-ce que l’hydrogénérateur est un frein dans l’eau et est-il bruyant ? Après une telle expédition, quelles sont tes observations ? Y a t’il selon toi des modifications que tu souhaiterais apporter au produit ?
JCM : « Non, je n’ai pas remarqué que l’hydrogénérateur soit bruyant. Je pense qu’il doit légèrement freiner la navigation mais pour moi, c’est insignifiant. Maintenant, si je devais apporter une petite modification au produit, je pense que j’apporterais une amélioration au niveau des trous qui servent à passer les bouts car on peut actuellement utiliser des bouts fins. A la longue, le bout finit par casser. »

Si tu devais dire une phrase pour résumer le produit, quelle serait elle ?
JCM : « L’hydrogénérateur Watt&Sea, c’est un peu comme avoir EDF GDF à la maison. On a la lumière dans toutes les pièces et on n’a pas besoin de se soucier de quelque chose. On n’a aucun souci d’autonomie ! »

Que va devenir maintenant le Souriceau ?
JCM : « Il sera exposé dans différents salons. Je crois même qu’une personne souhaite l’acheter. En tout cas, une chose est certaine, c’est que je n’imagine plus faire une traversée sans un hydrogénérateur Watt&Sea à bord ! »

Un grand merci Jean-Claude d’avoir bien voulu répondre à toutes nos questions. Nous te souhaitons encore plein de bonnes choses pour la suite et de continuer à vivre à fond ta passion pour la voile !

 

Félicitations à François Gabart et Armel Le Cléac'h pour ce magistral Vendée Globe !

SAIL magazine - 2013 Pittman Innovation Awards

L'hydrogénérateur Cruising remporte le « Pittman Innovation Award», catégorie systèmes !

La société Watt&Sea, représentée par Yannick Bestaven et Matthieu Michou,  reçoit encore une fois les honneurs de l’industrie nautique mondiale ! Cette distinction décernée par le plus prestigieux magazine de voile Nord Américain,  vient récompenser  le travail effectué par l’équipe de Watt&Sea ainsi que les partenaires financiers, techniques et institutionnels qui se sont engagés au côté de cette start-up depuis 2009,  dans son audacieux projet d’hydrogénérateurs.

A chaque année son Award !

Après l'obtention en France du prix Bateau Bleu 2010, une nomination au METS Design Award 2011 et l’obtention du « Segeln Design Award 2012», ce nouvel Award va permettre aux propriétaires de bateaux nord américain de mieux connaitre les nombreux avantages de l'hydrogénérateur Watt&Sea.

Voir le reportage complet : http://www.sailmagazine.com/pittman-innovation-awards/2013-pittman-innovation-awards

Vendée Globe, « Mes hydros, mes amours et pas d’emmerdes » (contrairement à la chanson !)

Le leitmotiv de Jean Le Cam sur ce Vendée Globe  c'est : "Et si on consacrait plus d'énergie à en consommer moins ". Pour produire l’énergie dont il a besoin à bord de SynerCiel, Jean le Cam et son équipe ont choisi une solution écologique : les hydrogénérateurs Watt&Sea.

Avec son humour habituel, il témoigne de sa satisfaction dans une vidéo didactique : https://vimeo.com/58086735. Plus d'information également sur son blog : http://www.synerciel.fr/vendee-globe-2012-jean-le-cam/vendee-blog/21-janvier-2013-synerciel1/

 

Dominique Wavre parle également de l'énergie à bord  de Mirabaud : "Je n’ai dépensé que dix litres de fuel depuis le départ, et mes batteries sont pleines ! Mes hydrogénérateurs fonctionnent à merveille, et ils me permettent de produire toute l’énergie dont j’ai besoin pour couvrir ma consommation, même dans ces conditions, alors que je navigue à une vitesse relativement basse, au près."